Quand cela commence soudainement à gratter – les moustiques et les maladies qu’ils transmettent

Ils ont beau être petits, ils peuvent être dangereux: les moustiques nous compliquent surtout la vie le soir en été. Mais pourquoi ces petits animaux piquent-ils et quels risques peut présenter une piqûre de moustique? Nous vous l’expliquons.

Une famille passe du temps dans la nature - avec la bonne protection contre les moustiques.

Le moustique piqueur: pourquoi sucer le sang est une histoire de femelle

On compte environ 3 500 espèces de moustiques différentes dans le monde et, en Europe, on en trouve près d’une centaine.1 Cet insecte à deux ailes est constitué d’une tête et d’un corps dont la longueur totale correspond à celle de cette trompe si caractéristique. Elle est plus courte chez les mâles que chez les femelles et sert en premier lieu à aspirer le nectar des fleurs. Ce sont les femelles qui sont responsables des piqûres désagréables: si elles butinent avec leur trompe, il leur faut également du sang animal ou humain. Les protéines qu’elles en retirent sont utilisées pour la production des œufs.

Ce qui se passe lors d’une piqûre de moustique

Cela se passe très vite: un bourdonnement, une piqûre et cela commence à gratter. Lorsqu’un moustique s’apprête à piquer, cela se produit en général tellement rapidement qu’on ne peut plus éviter la piqûre. Mais pourquoi cela gratte-t-il?

  • Le moustique piqueur trouve son hôte grâce à des signaux chimiques. Des chercheurs ont découvert que les insectes préfèrent par exemple le groupe sanguin 0 ainsi que le sang des sécréteurs. Il s’agit ici d’êtres humains dont les informations sur leur groupe sanguin sont présentes dans le sang et dans les fluides corporels tels que la salive. Chez les non-sécréteurs, on ne trouve cette information que dans le sang.
  • L’insecte insère sa trompe profondément dans la peau jusqu’à atteindre un capillaire sanguin (petit vaisseau sanguin).
  • A travers le canal salivaire, le moustique injecte un fluide qui empêche la coagulation du sang afin de pouvoir le boire plus facilement. La sécrétion provoque un gonflement et une démangeaison désagréables (réaction allergique) à l’endroit où l’on a été piqué.
  • À l’aide de pompes situées au niveau de la tête du moustique piqueur, le sang est transporté vers les intestins et digéré.

Afin de ne pas en arriver là, protégez-vous et vos enfants contre les piqûres de moustiques. Outre les sprays anti-insectes, installez des moustiquaires à maillage fin devant vos fenêtres et vos portes afin d’éloigner les suceurs de sang.

Les maladies transmises par les moustiques

En cas de piqûre de moustique, les animaux n’aspirent pas uniquement le sang de leur hôte, mais parfois aussi des agents pathogènes. Les virus, parasites et bactéries peuvent ensuite se multiplier et, lors de la prochaine piqûre, se transmettre à un autre être humain par la salive du moustique. C’est pour cela qu’on considère les moustiques comme des vecteurs dangereux de maladies. Avant de partir en voyage, réfléchissez à l’anti-moustiques que vous allez emporter avec vous.

Parmi les maladies souvent transmises par les moustiques, on compte: Bon à savoir Triangle de signalisation avec un moustique. Le virus Zika n’est pas uniquement transmis par les moustiques mais aussi d’humain à humain. Cela signifie qu’une transmission en cas de rapports sexuels non protégés ainsi que d’une mère enceinte porteuse du virus à son enfant à naître sont possibles. C’est pour cela qu’il est déconseillé aux femmes enceintes de se rendre dans les zones à risque.

Des moyens de prévention existent pour certaines de ces maladies. On peut prévenir la malaria grâce à la chimio-prophylaxie (la prise de médicaments préventifs) et, grâce à un vaccin, on peut également se prémunir contre la fièvre jaune. D’autres mesures sont à prendre contre certaines maladies telles que la dengue ou le Zika. Des mesures de protection contre les moustiques telles que les moustiquaires et les sprays en font partie, notamment ANTI-BRUMM® Forte.

Si vous pensez avoir contracté une maladie, consultez immédiatement un médecin. Si la maladie se déclare, il soignera les différents symptômes, par exemple la fièvre. Des informations actuelles concernant les destinations à risque et les vaccins recommandés peuvent être obtenus auprès de l’Institut Suisse de Médecine Tropicale et de Santé Publique ou auprès du Centre Médical de Voyage Savetravel.ch.

En savoir plus sur le sujet:

1 Hiepe, Theodor (Hg.)/Lucius, Richard (Hg.)/Gottstein, Bruno (Hg.): Allgemeine Parasitologie. Mit den Grundzügen der Immunbiologie, Diagnostik und Bekämpfung. Stuttgart: MVS Medizinverlage Stuttgart 2006. S.166.