Attention aux tiques: quand une piqûre devient dangereuse

Les tiques ne vous guettent pas uniquement dans les hautes herbes en randonnée mais aussi dans votre jardin. Comme elles peuvent transmettre des maladies dangereuses, il est important de bien se protéger. Voici les points qui requièrent votre vigilance pendant la saison des tiques de mars à octobre.

Une fille se cache derrière un arbre: beaucoup de tiques guettent dans la forêt.

La tique n’est pas juste un acarien anodin

La tique fait partie biologiquement du groupe des acariens et de la classe des arachnides. En observant de plus près les animaux adultes, on reconnaît leurs 8 pattes caractéristiques. Comme les moustiques, les tiques sont des parasites et ont besoin pour se nourrir d’autres êtres vivants dont ils boivent le sang. Mais les tiques pompent beaucoup plus de sang que les moustiques: ils s’accrochent à leur hôte durant 15 jours et boivent. Humains et animaux peuvent servir d’hôte à la tique.

En Suisse et en Europe, la tique du mouton (Ixodes ricinus) est l’espèce la plus répandue. Si les tiques peuvent s’accrocher à presque toutes les parties du corps, elles préfèrent certaines zones telles que le creux du genou, la naissance des cheveux ou les aisselles où elles peuvent s’agripper plus fermement. Grâce à son appareil buccal supérieur (chélicère), la tique perce la peau de l’hôte et s’insère dans le tissu à l’aide de son appareil buccal inférieur (hypostome) afin d’absorber directement le sang dans son intestin. Normalement, la « victime » ne remarque pas qu’elle est en train de se faire piquer.

Le saviez-vous? Le sang fait grandir les tiques: le poids du parasite peut être multiplié par 200.

Attention aux agents pathogènes: les tiques transmettent des maladies

Ces parasites sont dangereux, car leur piqûre peut transmettre des agents pathogènes. Parmi les maladies transmises par les tiques, on compte entre autres:

  • la borréliose: cette maladie causée par des bactéries peut facilement être reconnue par un médecin s’il note l’apparition d’une auréole rouge autour de la piqûre. Mais ce symptôme n’apparaît pas automatiquement. On compte parmi les autres symptômes des douleurs au niveau des articulations et des paralysies faciales.
  • la méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE): le virus s’attaque aux méninges et au système nerveux central (cerveau et moelle épinière) de l’être humain. La maladie peut aller d’une méningite avec de fortes fièvres et des maux de tête sévères, jusqu’à une encéphalite ou une inflammation de la moelle épinière avec des problèmes de langage, des difficultés à avaler ainsi que des paralysies.
  • l’ehrlichiose: ces bactéries (ehrlichia) peuvent provoquer de la fièvre, des nausées ainsi que des maux de tête et des douleurs musculaires. Généralement, l’infection ne provoque pas de symptômes.
  • la babésiose: cette maladie est répandue surtout dans les régions méditerranéennes et affecte principalement les bœufs et les chiens – mais l’être humain peut aussi être touché. Elle provoque de la fièvre, de la fatigue et des douleurs musculaires.
  • le typhus: cette fièvre provoquée par des bactéries – qu’on appelle rickettsies – est particulièrement répandue dans les régions du pourtour méditerranéen. Les symptômes incluent une forte fièvre ainsi que de fortes douleurs musculaires et articulaires.
  • la fièvre de Crimée-Congo (CCHF): les tiques transmettent les agents pathogènes des moutons, chèvres, vaches ou lapins aux humains. Cela peut provoquer des hémorragies internes et des vomissements de sang. Actuellement, la maladie apparaît principalement en Europe du Sud-Est, en Asie et en Afrique.

Les maladies les plus répandues transmises par les tiques en Suisse sont la borréliose et la MEVE. Il existe un vaccin contre la MEVE qui est particulièrement recommandé pour les habitants des zones à risque1. En Suisse, on compte parmi ces zones les cantons de Zurich, Schaffhouse et Thurgovie.

Se protéger contre les tiques: à quoi vous devriez faire attention en Suisse

Afin d’éviter la maladie, il est particulièrement recommandé de se protéger contre les tiques dans les zones à risque de MEVE en Suisse. On trouve les petits parasites principalement en bordure de forêt, dans les clairières et les rivières. Ils guettent près du sol et dans les hautes herbes, dans la broussaille et les sous-bois. C’est particulièrement dans ces endroits qu’il ne faut pas oublier de se protéger contre les tiques:

  • Portez des vêtements longs, surtout lorsque vous faites de la randonnée ou de la course à pied. Remontez vos chaussettes par-dessus l’ourlet du pantalon.
  • Appliquez de l’anti-insectes, par exemple ANTI-BRUMM® Anti-Tiques ou ANTI-BRUMM® SUN 2en1, sur les parties de la peau non protégées. Pour plus de protection, vous pouvez également le pulvériser sur vos vêtements.
  • Inspectez tout votre corps et vos vêtements à la recherche de tiques. Retirer rapidement les parasites peut en effet vous protéger contre la maladie. Plus une tique passe de temps à aspirer du sang, plus le risque de transmission de la borréliose est grand.
Que faire en cas de piqûre de tique? Retirez immédiatement la tique. Utilisez une pince à épiler ou une carte à tiques spéciale et enlevez l’animal en tirant verticalement vers le haut. Il est important de saisir la tique le plus près possible de la peau et de l’enlever entièrement sans l’écraser. Ensuite, il faut désinfecter l’endroit où elle se trouvait. Pas de panique si des bouts de tiques restent sur la peau ! Ils seront expulsés par votre corps. Observez la partie du corps où se situait la piqûre et, en cas d’auréole rouge, consultez immédiatement votre médecin. Faites le test de dépistage ANTI-BRUMM® Tique-Test et vérifiez si la tique était infectée et s’il y a un risque de transmission de la borréliose.

Plus d’informations sur les maladies transmises par les tiques sont disponibles auprès de la Ligue Suisse des maladies à tiques.

Ceci pourrait aussi vous intéresser:

1 Office fédéral de la santé publique OFSP: URL: https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home.html