Quelles maladies les tiques peuvent-elles transmettre?

Les maladies les plus connues transmises par les tiques sont la borréliose et la MEVE (méningo-encéphalite verno-estivale). Mais une piqûre de tique peut provoquer d’autres maladies rares telles que le typhus, l’anaplasmose, l’ehrlichiose, la babésiose et la tularémie. Voici tout ce qu’il faut savoir sur les symptômes et les traitements possibles.

Panneau dans la forêt : séjourner dans la nature augmente le risque d’attraper des maladies transmises par les tiques.


Aller directement aux maladies transmises par les tiques :

Le typhus : transmission, symptômes et traitement

Le typhus est également connu sous le nom de typhus à pou ou de rickettsioses. La maladie est déclenchée par une contamination par la bactérie Rickettsia prowazekii.1 Dans de rares cas, la maladie est transmise par des puces de vêtements, mais plus généralement ce sont les tiques tropicales comme la tique Hyalomma qui sont à l’origine de la maladie. Ce type de tique est originaire d’Afrique et d’Asie, mais elle est de plus en plus répandue en Suisse en raison du changement climatique. On peut facilement la distinguer de la tique du mouton très répandue (Ixodes ricinus) grâce à ses pattes aux rayures voyantes et à sa taille : 2 centimètres.2

Ce qu’il faut savoir sur les tiques locales

Le temps d’incubation, donc le temps écoulé entre la transmission et le début de la maladie, est d’1 à 2 semaines.3 Dans le cas des rickettsioses, on observe souvent des symptômes semblables à ceux d’une grippe. Généralement une réaction cutanée (exanthème) vient s’ajouter aux symptômes, c’est-à-dire à la fièvre et aux frissons, au bout de 5 jours.4 Des tâches rouges, violacées ou roses (makulae) s’étendent du tronc jusqu’aux bras et aux jambes. Parmi les autres symptômes du typhus on compte l’agitation, des troubles de la parole et de la conscience ainsi qu’un tremblement des mains.
Lorsqu’elles ne sont pas traitées, les rickettsioses sont mortelles pour 40 pourcents des patients.5 Mais avec le bon traitement, on guérit généralement de la maladie et de ses symptômes. Souvent on prescrit des antibiotiques et des antipaludiques. Par ailleurs, des médicaments visant à équilibrer les quantités de liquide et l’équilibre électrolytique sont nécessaires.

Ne pas confondre! Le typhus est également appelé typhus à pou ou typhus européen. Il ne faut pas confondre les rickettsioses avec la fièvre typhoïde, qui est provoquée par des salmonelles.

Une maladie transmise par les tiques, l’anaplasmose

L’anaplasmose concerne principalement les chiens, les chats, les bœufs et les moutons. Mais il y a une sous-forme de la maladie, qui peut être transmise à l’humain : l’Anaplasmose Granulocytaire Gumaine (HGA). Elle est liée à une bactérie du nom d’Anaplasma phagocytophilum, qui en Europe est généralement transmise par une piqûre de tique par la tique la plus répandue, la tique du mouton.6 Le temps d’incubation est de 7 à 11 jours.7

Voici les symptômes les plus répandus de l’anaplasmose:8

  • De la fièvre
  • Des frissons
  • Des maux de tête et des douleurs musculaires

Dans de rares cas, elle peut entraîner des douleurs gastriques, des difficultés à respirer ainsi que des éruptions cutanées.9 Le taux de létalité est de 0,6% seulement.10 Un traitement antibiotique d’une à deux semaines suffit généralement à traiter la maladie.11

En savoir plus sur les piqûres de tique (morsures de tique)

L’ehrlichiose : comment se manifeste cette maladie?

L’ehrlichiose concerne surtout les chiens. Mais ici aussi, il existe une variante qui peut toucher les humains : l’Ehrlichiose Monocytaire Humaine (EMH). Elle est transmise par des bactéries Ehrlichia chaffeensis dont est souvent porteuse la tique du chien et la tique Amlyomma americanum.12 Le temps écoulé entre la transmission et les symptômes est généralement de 7 à 10 jours.13

Saviez-vous déjà que … ? Par le passé, le corps médical pensait que l’anaplasmose et l’ehrlichiose étaient une seule et même maladie, car les symptômes se ressemblent beaucoup. On appelle également ces maladies la fièvre à poux.

Les symptômes les plus répandus de l’ehrlichiose sont:14

  • De la fièvre
  • Des maux de tête
  • Des douleurs musculaires ainsi qu’au niveau des articulations

Par ailleurs jusqu’à 60 pourcents des enfants et 30 pourcents des adultes souffrent d’éruptions cutanées ainsi que de saignements cutanés ou au niveau des muqueuses.15 Le visage n’est généralement pas touché. Le taux de létalité est également bas, il est de à 2 à 3 pourcents.16 Généralement un traitement aux antibiotiques suffit.

Qu’est-ce que la Neoehrlichiose? La neoehrlichiose est un parent de l‘ehrlichiose, liée à une infection par la bactérie Neoehrlichia mikurensis17. Cette maladie également transmise par les tiques provoque une forte fièvre allant jusqu’à 40 degré Celsius, des nausées et des pertes de poids18.

La babésiose en Suisse

La Babésiose, qu’on appelle également piroplasmose, est principalement transmise par les tiques ixodes.19 En Suisse, outre la tique du mouton, ce sont la tique de type Dermacentor reticulatus et la tique du chien qui peuvent transmettre cette maladie. Les personnes infectées peuvent uniquement transmettre l’agent pathogène lors d’une transfusion de sang ou pendant la grossesse. Entre 3,5 et 8,9 pourcents des tiques du mouton sont porteuses de babésies.20 Il s’agit d’organismes unicellulaires d’une taille de 0,5 à 1,5 micromètres, que l’on trouve principalement en Europe du Sud et de l’Est, mais aussi de plus en plus fréquemment en Suisse.21

Le temps d’incubation peut durer de 5 à 33 jours.22 Une phase asymptomatique d’une à neuf semaines est typique de la babésiose.23 Les symptômes suivants peuvent apparaître par la suite:24

  • Maux de tête
  • Fatigue
  • Diarrhée
  • Forte fièvre (de 40 à 41 degrés Celsius)
  • Gonflement du foie
  • Sang dans l’urine
  • Anémie

La gravité de la maladie dépend entre autres de l’état de santé du patient. Des personnes atteintes de maladies auto-immunes sont souvent atteintes des formes graves et présentent des complications telles que des dégâts rénaux, des cas de septicémie ou de jaunisse (ictère).25
Lors de formes peu graves, on guérit de la babésiose sans avoir besoin de traitement. Du repos et des analgésiques peuvent contribuer à atténuer les symptômes. En cas de nécessité, un médecin peut prescrire des antipaludiques et des antibiotiques.26

Par ailleurs: Les symptômes de la babésiose ressemblent à ceux de la malaria.

Symptômes et traitement de la tularémie

Une tique dans la nature : ces parasites peuvent transmettre différentes maladies.

La tularémie est surtout présente en Amérique du Nord. On y recense de 100 à 200 cas par an.27 Cette maladie transmise par les tiques est également recensée en Suisse : en 2020 (chiffres datant d’octobre) on comptait 45 cas.28 La maladie est provoquée par l’agent pathogène Francisella tularensis.29 Depuis 2004, il y a une obligation de signaler la tularémie aux autorités suisses. Dans 56 pourcents des cas, la maladie est liée à une piqûre de tique.30 D’autres sources de transmission sont de l’eau contaminée, de la poussière ou de la viande, ainsi qu’un contact cutané ou des muqueuses avec des animaux infectés.
En fonction de la source de contamination, la tularémie provoque différents symptômes après un temps d’incubation de 1 à 14 jours:31

  • Contact dermique avec les agents pathogènes : par exemple des ulcères
  • Ingestion d’eau contaminée : maux de ventre, diarrhée et vomissements
  • Respirer l’agent pathogène : toux, douleurs de la poitrine, troubles respiratoires et détresse respiratoire

Il faut traiter rapidement la tularémie afin d’éviter une forme grave. Généralement on prescrit un traitement antibiotique.

D’autres sujets intéressants :

1 Ordre des médecins (Groupe de travail des ordres des médecins) et de l’union fédérale des médecins conventionnés par les caisses d’assurance-maladie : le typhus et autres rickettsioses. URL: https://www.aerzteblatt.de/archiv/64657/Fleckfieber-und-andere-Rickettsiosen (23.03.2021).

2 Ordre des médecins (Groupe de travail des ordres des médecins) et de l’union fédérale des médecins conventionnés par les caisses d’assurance-maladie : recherche : la tique Hyalomma vecteur de typhus en Allemagne. URL: https://www.aerzteblatt.de/nachrichten/105324/Forscher-Hyalomma-Zecke-uebertraegt-Fleckfieber-in-Deutschland (11.03.2021).

3 Institut tropical privé Dr. Gontard GbR: Fleckfieber. URL: https://tropeninstitut.de/krankheiten-a-z/fleckfieber (11.03.2021).

4 ebd.

5 ebd.

6 von Loewenich, Friederike: „Anaplasmose und Ehrlichiose.“ In: Reisedermatosen. von Stebut, E. (Hg.). Berlin Heidelberg: Springer-Verlag 2015. S. 63-66, hier S. 64. URL: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7120343/pdf/978-3-662-44705-5_Chapter_15.pdf (24.03.2021).

7 ebd.

8 ebd.

9 ebd.

10 ebd.

11 ebd., S. 66.

12 ebd., S. 64.

13 ebd.

14 ebd.

15 ebd.

16 ebd., S. 65.

17 Ordre des médecins (Groupe de travail des ordres des médecins) et de l’union fédérale des médecins conventionnés par les caisses d’assurance-maladie : Neoehrlichia : agent pathogène transmis par les tiques touche surtout les personnes aux défenses immunitaires affaiblies. URL: https://www.aerzteblatt.de/nachrichten/58861/Neoehrlichia-Zeckenkeim-infiziert-vor-allem-Abwehrgeschwaechte (23.03.2021).

18 Duffner, Klaus/Bloemberg, Guido: „Interview Zeckenstiche: Viele wissen nichts von dieser Krankheit.“ In: ARS MEDICI – Schweizer Zeitschrift für Hausarztmedizin (2013) Nr. 8. S. 394-395. URL: https://www.rosenfluh.ch/media/arsmedici/2013/08/Interview_Zeckenstiche.pdf (24.03.2021).

19 Lohr, Benedikt/Hildebrandt, Anke/Hunfeld, Klaus-Peter: „Humane Babesiose: Ein kurzer klinisch-mikrobiologischer Steckbrief.“ In: GMS Zeitschrift zur Förderung der Qualitätssicherung in medizinischen Laboratorien (2017) Nr. 8. URL: https://www.egms.de/static/pdf/journals/lab/2017-8/lab000027.pdf (24.03.2021).

20 ebd.

21 Réseau d’entraide en Saxe, MEVE, borréliose et infections bactériennes e.V.: Babésiose – des souris à l’humain. URL: https://www.borreliose-sachsen.net/index.php/krankheiten/babesiose (11.03.2021).

22 Lohr, Benedikt/Hildebrandt, Anke/Hunfeld, Klaus-Peter: „Humane Babesiose: Ein kurzer klinisch-mikrobiologischer Steckbrief.“ In: GMS Zeitschrift zur Förderung der Qualitätssicherung in medizinischen Laboratorien (2017) Nr. 8.

23 Réseau d’entraide en Saxe, MEVE, borréliose et infections bactériennes e.V.: Babésiose – des souris à l’humain. URL: https://www.borreliose-sachsen.net/index.php/krankheiten/babesiose (11.03.2021).

24 ebd.

25 Lohr, Benedikt/Hildebrandt, Anke/Hunfeld, Klaus-Peter: „Humane Babesiose: Ein kurzer klinisch-mikrobiologischer Steckbrief.“ In: GMS Zeitschrift zur Förderung der Qualitätssicherung in medizinischen Laboratorien (2017) Nr. 8.

26 ebd.

27 Robert Koch-Institut: Tularémie. URL: https://www.rki.de/DE/Content/Infekt/EpidBull/Merkblaetter/Ratgeber_Tularaemie.html (11.03.2021).

28 Office fédéral de la santé publique OFSP: „Zeckenübertragene Krankheiten – Lagebericht Schweiz.“ In: BAG-Bulletin (2020) Nr. 46. S. 8-11. URL: https://www.bag.admin.ch/bag/de/home/das-bag/publikationen/periodika/bag-bulletin.html (24.03.2021).

29 Robert Koch-Institut: Tularémie. URL: https://www.rki.de/DE/Content/Infekt/EpidBull/Merkblaetter/Ratgeber_Tularaemie.html (11.03.2021).

30 Bundesamt für Gesundheit BAG: „Zeckenübertragene Krankheiten – Lagebericht Schweiz.“ In: BAG-Bulletin (2020) Nr. 46. S. 8-11.

31 Robert Koch-Institut: Tularémie. URL: https://www.rki.de/DE/Content/Infekt/EpidBull/Merkblaetter/Ratgeber_Tularaemie.html (11.03.2021).