MEVE – une piqûre de tique avec des conséquences

Les oiseaux chantent, les paysages sont en fleurs et les journées deviennent de plus en plus longues – c’est le printemps qui s’annonce ! Mais avec l’arrivée du soleil commence aussi la saison des tiques. La tique peut vous transmettre le virus MEVE si elle vous pique, ce qui peut être à l’origine d’inflammations du cerveau ou des méninges. Comment se protéger au mieux? Le vaccin contre la MEVE est-il utile?

Un garçon se fait vacciner contre la MEVE.

Agents pathogènes et vecteurs de la MEVE

Les déclencheurs de la MEVE (méningo-encéphalite verno-estivale) sont les virus de la famille des flaviviridae. Ce sont les tiques qui les transmettent aux humains ce qui peut ensuite provoquer une méningite. En Suisse, le coupable est généralement la tique du mouton (Ixodes ricinus), qui porte le virus dans sa salive et le transmet pendant le processus de succion. Elle est répandue à travers toute la Suisse et affectionne les hautes herbes, les forêts et les jardins. Au-delà des virus MEVE, la tique du mouton transmet également des virus qui peuvent déclencher des maladies, par exemple la borréliose.

Symptômes de la MEVE

Chaque année, environ 200 personnes contractent la MEVE.1 Une infection au virus MEVE à cause d‘une piqûre de tique peut n’avoir aucun symptôme ou avoir des conséquences graves. La méningo-encéphalite verno-estivale se manifeste souvent en deux phases.

  • 1e phase: plus de 40 degrés Celsius de fièvre et des symptômes similaires à ceux de la grippe apparaissent environ 1 à 2 semaines après la piqûre de tique et la transmission de la MEVE.2 Il est possible que les symptômes de la MEVE disparaissent après la première phase.
  • 2e phase: une fois la première phase passée, on compte maximum une semaine jusqu’au début de la 2e phase. En cas de méningo-encéphalite (inflammation des méninges et / ou du cerveau), les symptômes neurologiques de la MEVE vont probablement apparaître et provoquer des paralysies, des troubles de la conscience, des maux de tête et de la nuque ou des convulsions. Ces symptômes peuvent être de courte ou de longue durée et mener à une paralysie respiratoire mortelle.

En cas de suspicion d’infection de MEVE, consultez immédiatement un médecin. Dans la plupart des cas, même lorsque les patients développent une forme grave de la maladie, ils guériront complètement.

Vaccin MEVE et traitement

Nous avons résumé ici les questions autour du vaccin contre la MEVE les plus fréquemment posées:

  • Est-ce que tout le monde devrait se faire vacciner contre la MEVE?
    Les personnes qui passent beaucoup de leur temps (libre) dehors devraient absolument se faire vacciner contre la MEVE. Il est recommandé de commencer avec le premier vaccin dès l’enfance.
  • Pourquoi le vaccin contre la MEVE est-il nécessaire? A quelle fréquence?
    Pour une immunisation de base, trois vaccins sont requis. Après deux vaccins, vous bénéficiez de la protection contre la MEVE, mais celle-ci est d’une durée limitée. Les deux premières vaccinations se font à intervalle d’un mois, la dernière (qui protège pendant 10 ans) doit être faite entre 5 et 12 mois après la deuxième vaccination. Il faut renouveler le vaccin MEVE tous les 10 ans.3
  • Est-ce que le vaccin contre la MEVE peut provoquer des effets secondaires?
    Le vaccin est généralement bien toléré. Un tiers des personnes déclare avoir eu des rougeurs, des gonflements ou des douleurs au niveau de la piqûre, qui ont généralement disparu après 1 ou 2 jours. Des maux de tête, de la fatigue, des douleurs musculaires ou articulaires, des nausées et dans des cas rares, de la fièvre, sont également des effets secondaires possibles.3

Outre le vaccin contre la MEVE, il est conseillé d’utiliser un anti-tiques fiable. D’autres maladies telles que la borréliose peuvent être transmises par les piqûres de tique.

Comment éviter d’attraper la MEVE

Même si, dans les zones à risque MEVE européennes, seulement 0,1 à 5 % des tiques sont porteuses des virus qui provoquent la maladie, il est néanmoins utile de se protéger contre les piqûres et une éventuelle transmission de la MEVE.4 Avant de partir, il est recommandé de consulter les informations de voyage générales et celles relatives au pays de destination concernant la présence de tiques. Parmi les zones à risque on compte:

  • l’Autriche
  • l‘Allemagne
  • la Suisse
  • la République Tchèque
  • la Croatie
  • la Finlande
  • la Suède
  • la Slovénie

Vous pouvez vous renseigner sur des portails d’informations pour savoir si votre prochaine destination est une zone à risque. Il est utile de se protéger lors de ces voyages surtout lorsqu’on effectue des activités en plein air. Les répulsifs, tels qu’on peut en utiliser pour repousser les moustiques, vous aident à éloigner les tiques. Bien sûr, des produits tels qu’ANTI-BRUMM® Anti-Tiques, qui vous protègent jusqu’à 8 heures, sont également utiles.

Comme les tiques sont surtout actives au printemps et en été, l’utilisation du spray anti-tiques est particulièrement recommandée à ce moment-là afin d’éviter une transmission du virus MEVE. Il est également conseillé de porter des vêtements clairs et longs, lors d’activités dans les herbes hautes ou les broussailles, afin de détecter les tiques plus rapidement et d’éviter les piqûres.

En apprendre plus:

1 Département fédéral de l‘intérieur DFI. Office fédérale pour la santé publique OFSP. (2017). Bulletin OFSP 46/2017. URL: https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/service/publikationen/bag-bulletin.html (19.04.2018)

2 Conseils sur la protection contre les insectes: MEVE – Les tiques servent de transmetteurs au virus. URL: https://www.zecken-und-insektenschutz.de/fsme/ (21.03.2018)

3 Département fédéral de l‘intérieur DFI. Office fédérale pour la santé publique OFSP: Encéphalite à tique. URL: https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/service/publikationen/broschueren/publikationen-uebertragbare-krankheiten/zeckenenzephalitis.html (16.04.2018)

4 Institut Robert Koch: méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE) pour médecins. URL: https://www.rki.de/DE/Content/Infekt/EpidBull/Merkblaetter/Ratgeber_FSME.html;jsessionid=256CC54809BDBEAA8DB3845AACA1576E.1_cid372#doc2381918bodyText6 (21.03.2018)