Malaria – une petite piqûre aux conséquences graves

La malaria est l’une des maladies infectieuses les plus connues dans le monde. Elle est surtout répandue dans les zones tropicales et est transmise à l’être humain par le moustiques Anopheles. Le taux de mortalité a diminué ces dernières années, toutefois il y a encore un nombre significatif de cas de malaria mortels dans certains pays d’Afrique. Une bonne protection anti-moustiques contre la malaria est donc importante, surtout lorsque vous vous apprêtez à séjourner dans une zone à risque.

Le moustique Anopheles transmet la malaria.

Comment se transmet la malaria?

Le moustique Anopheles femelle (sous-famille des Anophelinea et famille de Culicidae) est responsable de la transmission des agents pathogènes de la malaria dans le sang. Ce qui déclenche la malaria, ce sont des protozoaires (unicellulaires) du genre des plasmodium. Les plus dangereux sont les plasmodium falciparum, qui peuvent déclencher la Malaria tropica, la forme la plus grave de la maladie. Les plasmodiidae sont transmis d’un humain à l’autre par les moustiques.

Présence géographique de la malaria La malaria est connue en tant que maladie tropicale et est l’une des maladies infectieuses les plus répandues dans le monde. Elle est présente sur tous les continents (sauf en Australie), particulièrement dans les zones subtropicales et tropicales. Tous les ans, environ 200 millions de personnes contractent malaria et on compte parmi eux environ 500 000 cas mortels (dont 92 % en Afrique). De plus en plus souvent, les agents pathogènes de la malaria ou les moustiques infectés sont importés dans d’autres pays (paludisme d’aéroport). Au cours des dernières années, il y a eu des cas isolés de malaria dans le Sud de l’Europe (par exemple en Espagne et en Grèce). Afin de prévenir la malaria, on peut utiliser une protection anti-moustiques qui cible les moustiques Aenopheles. Un spray qui repousse les moustiques porteurs de la malaria est conseillé.

Les symptômes de la malaria

Les agents pathogènes de la maladie infectieuse nécessitent autant le moustique que l’humain pour se développer et se multiplier. C’est à travers la salive des moustiques que les parasites sont transmis à l’humain lors de la piqûre. Ils s’attaquent en premier lieu au foie, puis aux globules rouges (érythrocytes). Ceux-ci éclatent dès que se sont formés suffisamment de plasmodiidae. Le corps réagit en manifestant des symptômes tels que de la fièvre et de la fatigue. En raison de l’alternance entre l’éclatement des globules et l’infestation de nouveaux érythrocytes, la malaria provoque souvent des poussées de fièvre suivies de phases asymptomatiques.

Les premiers symptômes de la malaria peuvent apparaître au bout de quelques jours déjà. Parmi eux, on compte:

  • de fortes fièvres
  • des sudations
  • des frissons
  • des nausées
  • des douleurs dans les membres
  • des vertiges

Les symptômes de la maladie peuvent fortement varier. La forme la plus répandue, la malaria tropica, peut également provoquer de la diarrhée, des vomissements ou une toux sèche. Si ces symptômes se manifestent lors d’un voyage dans une zone à risque de malaria, vous devriez immédiatement consulter un médecin.

Pronostic et traitement de la malaria

La malaria peut être mortelle et doit donc absolument être traitée à l’hôpital. Plus tôt la maladie sera diagnostiquée, plus les chances de guérison seront élevées. Sans traitement, des complications telles qu’une défaillance rénale ou un choc septique sont possibles. Comme le système immunitaire de l’être humain ne développe pas de défenses immunitaires contre la malaria, il est possible d’être infecté une nouvelle fois.

La bonne protection contre la malaria

Il n’y a pas encore de vaccin contre la malaria. Si vous voyagez dans une zone à risque de malaria, une protection fiable contre la malaria devrait être sur votre pharmacie de voyage. Voici quelques conseils pour se protéger contre la malaria et contre les moustiques:

  • chimio-prophylaxie: elle n’offre pas une protection absolue contre la malaria mais les médicaments vous donnent une certaine sécurité. Vous devriez consulter votre médecin ou un médecin spécialisé pour savoir si ces médicaments sont nécessaires lors de votre voyage. Cela peut être utile d’emporter avec soi un médicament contre la malaria: en cas d’infection et sans possibilité de consulter un médecin, le médicament peut ralentir le développement de la maladie.
  • dormir à l’abri des moustiques: le moustique Anopheles est particulièrement actif à la tombée de la nuit et pendant la nuit. C’est donc surtout à ce moment-là qu’une protection efficace contre la malaria est nécessaire. Des moustiquaires au-dessus de votre lit et devant les fenêtres offrent une protection fiable contre les moustiques qui transmettent la malaria et vous permettent de passer une nuit tranquille. Même pendant la nuit, une protection supplémentaire grâce à un répulsif, tel que ANTI-BRUMM® Night, est utile.
  • spray anti-moustiques contre les moustiques vecteurs de malaria: l’application de répulsifs (spray anti-moustiques) sur la peau, les vêtements et éventuellement sur la moustiquaire peuvent éloigner les insectes pendant un certain temps. Pour les voyages dans les zones tropicales, nous recommandons ANTI-BRUMM® Forte. Ce produit contient du DEET (N,N-diéthyl-m-toluamide), un principe actif qui repousse les moustiques jusqu’à 6 heures et a été testé par l’Institut Suisse de Médecine Tropicale et de Santé Publique. Vous bénéficiez d’une protection optimale avec ANTI-BRUMM® Night – tant de jour que de nuit.

Vous en apprendrez plus sur les pays qui font partie des zones à risque de malaria et sur ce qu’il faut faire en cas d’urgence sur ce site: Safetravel.ch.

Continuer votre lecture ici:

1 ANTI-BRUMM®: Testé avec succès par l’Institut Suisse de Médecine Tropicale et de Santé Publique. URL: https://www.antibrumm.com/produkte/anti-brumm-erfolgreich-getestet-vom-schweizerischen-tropeninstitut/ (23.03.2018)