Fièvre du Nil occidental : transmission, répartition et symptômes

La fièvre du Nil occidental est une maladie tropicale dont les oiseaux sont porteurs, qui peut être transmise aux humains par les moustiques. Aujourd’hui, cet agent pathogène, le virus du Nil occidental, est plus ou moins répandu dans le monde entier. Souvent, l’infection ne provoque pas ou très peu de symptômes. Mais, dans des cas graves, la fièvre du Nil occidental (environ 0,1% des personnes infectées) peut être mortelle. Nous vous informons sur les symptômes, la répartition géographique et le traitement de la maladie, ainsi que les potentiels modes de transmission. Par ailleurs, nous clarifions la question de la contagion de la fièvre du Nil occidental.

Fieber ist ein Symptom des West-Nil-Fiebers.

Répartition et transmission de la fièvre du Nil occidental

Ces derniers temps, la fièvre du Nil occidental fait la une des journaux : il y a de plus en plus de rapports sur des cas mortels en Grèce, en Italie et en Serbie. On parle également d’un risque de contagion dans nos contrées. Certes, le virus du Nil occidental peut être dangereux, mais ce n’est pas la peine de paniquer, car les complications restent une exception.

On trouve la fièvre du Nil occidental principalement :

  • en Afrique,
  • au Moyen-Orient,
  • en Inde,
  • dans certaines régions d’Asie du Sud-Est,
  • en Amérique du Nord et en Amérique centrale.

Il s’agit d’une infection virale qui touche surtout les oiseaux, qui la transmettent aux autres animaux. C’est à travers les moustiques, qui piquent des oiseaux porteurs de la maladie, que les humains (ou certains animaux comme les chevaux) sont contaminés. En été, les oiseaux migrateurs importent la maladie dans la région méditerranéenne et jusqu’en Europe centrale. On constate régulièrement la présence de plusieurs cas de la fièvre du Nil occidental dans une même région.

L’humain ne peut contracter la maladie par un autre humain ou un animal. Le virus du Nil occidental n’est donc pas contagieux. Néanmoins, lors de transplantations d’organes ou de transfusion de sang, ou pendant la grossesse, le virus peut être transmis d’un humain à l’autre ou de la mère à l’enfant.

Le virus du Nil occidental en Suisse ? À l’heure actuelle, les personnes concernées ont toutes contracté le virus à l’étranger. Néanmoins, dans les pays voisins, l’Allemagne par exemple, on a constaté que des oiseaux et des chevaux étaient porteurs de la maladie. Il est donc possible que des oiseaux migrateurs infectés par le virus traversent également la Suisse. Mais le risque de contagion pour l’humain reste peu élevé.

Les infections au virus du Nil occidental : des symptômes souvent anodins

La majorité des personnes qui contractent le virus n’ont pas de symptômes. Il est donc difficile de savoir quelle est la propagation réelle de la maladie. Environ 25% des patients atteints de la fièvre du Nil occidental ont les symptômes d’une légère grippe :1

  • poussée de fièvre soudaine
  • maux de tête et de dos
  • frissonnements
  • gonflement des ganglions
  • fatigue

La moitié des personnes concernées a une réaction cutanée sous forme de taches, qui part du torse avant de s’étendre au niveau des membres. Dans 99% des cas, les symptômes du virus du Nil occidental disparaissent par eux-mêmes au bout de 5 jours. Moins d’1% des patients souffre malheureusement d’une forme grave de la maladie qui provoque une encéphalite ou une méningite. Cela provoque des paralysies, des faiblesses musculaires, des crises d’épilepsie ou des troubles visuels ou auditifs. Ces complications concernent surtout les personnes âgées souffrant d’autres maladies. 15 à 40% des patients meurent des suites de la maladie en cas d’encéphalite.2

La meilleure protection contre le virus du Nil occidental, c’est la protection contre les moustiques

Il n’y a pas de traitement pour les causes de la fièvre du Nil occidental. On peut uniquement traiter les symptômes. On dispose uniquement de vaccins contre le virus du Nil occidental pour les chevaux. La recherche essaie de trouver un vaccin pour l’humain.

Quels moyens de protection contre le virus du Nil occidental ? La mesure la plus efficace, est de se protéger contre les piqûres de moustiques. Les sprays anti-moustiques sont la protection la plus efficace. Le DEET contenu dans ANTI-BRUMM® Forte éloigne les moustiques jusqu’à 6 heures. Il a été testé par l’Institut suisse de médecine tropicale et convient pour les voyages dans les zones tropicales. Pour se protéger à la fois contre les moustiques et les coups de soleil, il convient d’utiliser ANTI-BRUMM® SUN 2en1. Essayez également de mettre des vêtements longs et de dormir sous des moustiquaires la nuit.

Ceci pourrait également vous intéresser :

1 Office fédérale de la santé publique : Virus du Nil occidental (VNO). URL: https://www.bag.admin.ch/bag/de/home/krankheiten/krankheiten-im-ueberblick/west-nil.html (19.12.2018)

2 Institut Robert Koch : Tout sur la fièvre du Nil occidental. rki.de URL: https://www.rki.de/DE/Content/InfAZ/W/WestNilFieber/West-Nil-Fieber_Ueberblick.html#doc11434928bodyText5 (05.12.2018))